News · Uncategorized

La candidate du Parti vert à l’élection présidentielle américaine, Jill Stein, veut solliciter un recomptage des votes dans les États clés

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f5/Jill_Stein_%2825740592525%29.jpg
Jill Stein © Gage Skidmore

La candidate du Parti vert à l’élection présidentielle américaine 2016, Jill Stein, cherche à obtenir un recomptage des votes dans les États clés du Wisconsin, Michigan et Pennsylvanie, 3 États traditionnellement démocrate, mais dont le républicain Donald Trump est arrivé en tête lors de la dernière élection présidentielle.

Le Parti vert qui a lancé, sur son site, une campagne dans le but de récolter des fonds nécessaires à la demande d’un recompte des voix dans les 3 états concernés, explique de vouloir s’assurer de l’intégrité de l’élection présidentielle qui a eu lieu le 8 novembre dernier.

Dans un message publié sur le même site, l’ancienne candidate des verts déclare qu’après une élection présidentielle clivante et douloureuse, dans laquelle des agents étrangers ont piraté des bases de données de partis, des serveurs de messagerie privés et des bases de données d’électeurs dans certains états, de nombreux Américains se demandent si nos résultats électoraux sont fiables. C’est pourquoi les résultats inattendus de l’élection et les anomalies constatées doivent être examinés avant que l’élection présidentielle de 2016 soit attestée. Nous méritons des élections auxquelles nous pouvons faire confiance.»

En effet, en Juillet dernier les autorités américaines avaient accusé des hackers russes d’être à l’origine d’un vol de plus de 19,000 messages électroniques du Parti démocrate et reproché à Moscou de vouloir interférer à l’élection présidentielle du pays.

Le parti des verts évoque, également, le fait que les machines utilisées dans l’Etat du Wisconsin avaient fait l’objet d’une interdiction en Californie après avoir été jugées trop vulnérables aux hackings et programmes malveillants du fait de leurs manques de fonctionnalités de sécurité. Pour les écologistes, ce recomptage serait plus qu’une simple affaire des résultats car c’est bel et bien la démocratie américaine qui est en cause et que peuple américain a besoin d’être assuré qu’il peut avoir confiance en ces résultats.

Cette décision de faire recours intervient alors qu’un groupe d’experts, en informatique et des spécialistes des questions de sécurité électorale dirigé par le professeur Alex Halderman de l’université du Michigan et John Bonifaz du National Voting Rights Institute, avait justement recommandé à l’équipe de campagne de la candidate perdante du parti démocrate, Hillary Clinton, à demander un recomptage des voix dans les trois états du fait des possibles manipulations des résultats par des hackers. Mais l’appel est resté sans réponse de leur part, car à ce jour, il n’y a pas des preuves probantes pouvant justifier une telle démarche.

Dans un article publié sur son blog Alex Halderman, professeur en informatique,  explique comment un hacker aurait pu modifier les résultats des élections présidentielles en infiltrant un programme malveillant dans les machines de votes. Selon lui la seule façon de s’assurer qu’il n’y a pas eu de cyber attaque, de provenance étrangère notamment, ayant pu altérer les résultats, c’est d’examiner de près les preuves physiques disponibles ; les votes papiers et les matériels de vote dans les états clés où le score est très serré tel le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie.

D’après des données de 2012, environ 25% des électeurs américains auraient voté par les biais des machines ne laissant aucune trace papier de leurs votes. Cela rendrait, notamment,  impossible la détection des bugs ou autres erreurs qui auraient pu affecter ces votes. Cette proportion étant plus ou moins la même pour l’élection 2016, cela signifie que seule le 75% restants peuvent être contrôlés.

Le délai de dépôt de recours varie d’un état à un autre. Le parti de Jill Stein avait jusqu’à vendredi 25 novembre pour récolter au moins 2 millions de dollars et espérer un recomptage des votes en Wisconsin, où les républicains l’ont remporté de 0,7% de votes, objectif atteint assez vite vu l’intérêt d’une partie de l’Amérique à cette démarche. Pour la Pennsylvanie, la date limite est fixée au 28 novembre. Dans le Michigan où le décompte des voix n’est toujours pas achevé, et où Trump devance Clinton de 0,3% des voix seulement, ce délai est fixé au 30 novembre.

Bien qu’elle et son équipe de campagne n’aient pas donné suite aux appels des experts leur incitant à lancer une procédure de recomptage des voix, c’est bien Hillary Clinton qui pourrait en être la vraie bénéficiaire. En effet, il n’y a pas vraiment d’enjeu pour Jill Stein et les écologistes, car il est peu probable que leur parti ait remporté les 3 États en question. Elle use simplement de son droit de demande de recours pour s’assurer de l’authenticité des résultats obtenus. En revanche si la tendance venait à s’inverser dans ces 3 États, c’est bel et bien la candidate démocrate qui serait alors déclarée gagnante de l’élection présidentielle du 8 novembre dernier. Affaire à suivre!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s